Return to site

Interview : La Quincaillerie

Bonjour Hugues, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis étudiant à l’IESEG et je suis le co-fondateur, avec Maxence et Louis, de l’agence de développement pour les entrepreneurs : La Quincaillerie. Depuis 2 ans, nous accompagnons les entrepreneurs de toutes tailles sur trois domaines clefs du développement de l’entreprise : la communication et le marketing, le développement commercial et le développement web.

Comment vous est venue l’idée de La Quincaillerie ?

Quand nous avons commencé nos études, Louis, Maxence et moi étions autoentrepreneurs. Malgré notre manque d’expérience nous arrivions à nous vendre chacun de notre côté grâce à des plateformes, telle que « crème de la crème » pour trouver des missions. Après avoir travaillé pendant deux ans dans ce système, nous avons décidé de nous associer pour créer quelque chose de nouveau : une société regroupant nos trois domaines d’expertise au service du développement des entreprises. Ce nouveau modèle permet de simplifier les démarches des entrepreneurs, en faisant appel à un seul prestataire au lieu de trois.

Quelles ont-été les étapes de la création de l’entreprise ?

La première étape capitale pour monter une entreprise à plusieurs est de bien s’entourer. Ensuite, il faut faire attention à la partie juridique, ne pas hésiter à consulter un avocat. Il faut aussi réussir à se faire connaître, commencer à prospecter des clients, commencer la communication sur les réseaux sociaux et surtout définir un plan d’action sur ces volets pour les six premiers mois pour développer le projet au mieux. Cependant, chacun a sa manière de fonctionner quant à la création d’une entreprise, c’est pour cela que je ne crois pas qu’il existe une formule miracle.

Comment décririez-vous le service que vous proposez ?

Nous avons segmenté notre offre sur trois volets. Le premier étant celui de la communication et du marketing : se faire connaître mais surtout se faire reconnaître. La communication et le marketing c’est la recherche de visibilité pour un entrepreneur ou une entreprise pour que l’on s’intéresse à ce qu’il fait, à ce qu’il vend. Le but est ensuite de transformer cet intérêt en clients. Ensuite, il y a le développement commercial qui est la stratégie pour vendre des produits. Enfin, le développement web où nous mettons en place toute la stratégie digitale des entreprises. Il est évident qu’internet est devenu un outil essentiel pour n’importe quelle organisation. Encore beaucoup d’entreprises n’ont pas de site internet. C’est ici que La Quincaillerie intervient pour créer un site web allant du site simple, dit vitrine, jusqu’au site e-commerce permettant d’avoir une boutique en ligne.

Quel est selon-vous le principal défaut des jeunes entrepreneurs ?

Même si tout dépend du profil, ce qu’il faut comprendre quand on fait de l’entreprenariat c’est qu’on ne peut pas tout faire tout seul. Si je prends l’exemple d’un restaurateur, cette personne va être très bonne en cuisine mais ne va pas forcément

savoir comment faire un site internet, un menu qui soit agréable à regarder ou bien des flyers... Il pourra essayer de les faire mais son retour sur investissement ne sera pas le même que s’il avait fait appel à des professionnels. Nous conseillons aux entrepreneurs de se concentrer sur ce qu’ils savent faire et de déléguer le reste à des spécialistes. Il y a tellement de choses à prendre en compte aujourd’hui quand on monte une entreprise qu’il est quasiment impossible de tout faire soi-même. C’est ici qu’on intervient !

Si vous aviez un conseil à donner pour un étudiant qui veut créer son entreprise, quel serait-il ?

Comme je l’ai dit juste avant, le premier est de bien s’entourer. Avant de créer la Quincaillerie nous avons rencontré beaucoup d’entrepreneurs qui nous disaient tous que notre projet était pertinent et qu’en même temps le plus important était l’équipe. Mon autre conseil serait d’oser ! Si vous voulez monter votre entreprise, même si c’est un concept qui a déjà été fait, il faut se lancer et ne pas avoir peur de se planter, c’est comme ça qu’on apprend.

Comment vous démarquez-vous de vos concurrents ?

Aucune autre agence que la nôtre ne regroupe les trois aspects dont nous parlons depuis le début. C’est un facteur de différenciation important. De plus, nous proposons un accompagnement de A à Z pour tous nos clients. Il ne va pas devoir faire appel à plusieurs prestataires, nous pouvons tout faire en interne. Nous avons aussi voulu développer au sein de La Quincaillerie la proximité que nous avons avec nos clients. A l’image d’une quincaillerie au coin de la rue où il est possible de résoudre beaucoup de problèmes techniques de la maison grâce à un commerçant attentif, notre agence met l’accent sur la proximité avec le client. Nous avons un positionnement au cas par cas pour répondre au mieux à sa demande.

Comment démarchez-vous les entreprises ?

Le canal le plus efficace est le bouche-à-oreille. Aujourd’hui, la plupart de nos clients viennent des anciens clients satisfaits qui nous recommandent. On utilise aussi Facebook, car même en B2B, Facebook marche très bien pour prospecter des clients. On utilise de la même manière Instagram et Linkedin. Nous faisons aussi de la prospection en répondant à des appels d’offres que nous trouvons sur internet.

Avez-vous rencontré des difficultés lors de la création de La Quincaillerie ?

Le plus difficile en tant qu’étudiant est de gérer son temps. Quand on a cinq projets d’école et cinq projets clients qui arrivent en même temps ça devient un peu compliqué à gérer. On a su mettre en place une organisation effective et optimale pour pallier à ce problème afin de mieux mêler notre vie d’étudiant à notre vie d’entrepreneur. Aussi pour éviter d’être étudiant le jour et entrepreneur la nuit.

Où voyez-vous La Quincaillerie dans cinq ans ?

Notre plus grande satisfaction est de voir nos clients réussir, de voir que le projet marche et de voir que c’est aussi grâce à nous que leur projet peut aller plus loin. Il

est fréquent que des entrepreneurs reviennent vers nous pour nous dire que leur entreprise est lancée ou nous demander de nouvelles prestations. Dans cinq ans, nous nous voyons avec une équipe plus grande, tout en gardant ce sentiment de proximité avec nos clients et surtout d’amener un maximum d’entrepreneurs vers la réussite.

Pourquoi soutenir l’association HIMYSU ?

C’est un concept très intéressant pour les étudiants. Car aujourd’hui le domaine des start-ups intéresse de plus en plus les jeunes et que nous n’avons pas forcement l’idée et le temps pour se lancer dans la création d’une entreprise. How I Met Your Start Up est une belle manière d’approcher cette industrie par le pitch, qui est une discipline reine de ces entreprises innovantes. En plus d’être un exercice oratoire difficile, cela permet de découvrir le monde des start-ups ; ce qui colle parfaitement avec la philosophie de La Quincaillerie. On soutient à fond ce challenge !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly